MH-CENTER

« Quand la raison d’être est méconnue, l’abus de soi est inévitable » (Myles Munroe).

Malheureusement, l’école ne donne pas les clés pour assumer la quête de soi, ces clés sans lesquelles tout l’enseignement reçu est peu utile pour face au besoin de découvrir sa raison d’être, de donner un sens à sa vie, de réaliser ses potentialités, et de développer, face aux épreuves de la vie, une résilience personnelle qui vous rend capable de transformer tout défi en marchepied vers l’accomplissement de soi.

Les réponses institutionnelles face à la jeunesse en désespérance sont bien souvent inadéquates. Les prisons, les centres de transit, d’accueil ou de sauvegarde regorgent de jeunes abandonnés ou en rupture avec la société, mais pourtant remplis de potentiel et de ressources grâce auxquels ils pourraient trouver leur place dans la société. Ces lieux d’accueil restent pour eux comme des hôpitaux ou la désespérance règne comme une maladie nosocomiale, d’où ils sortent souvent un peu plus désespérés.

La solitude parfois vécue par d’autres jeunes, quoique connectés à des centaines voire des milliers d’amis via les réseaux sociaux, est grande. Elle est aggravée par une césure intergénérationnelle qui ne facilite pas le nécessaire coaching ou le mentorat que peuvent offrir ceux qui sont déjà passés par là.

Leurs souffrances et leurs rébellions trouvent souvent leurs racines dans cette interrogation simple mais souvent sans réponse : Qui suis-je ? Quelle est ma place dans la société ? A quoi puis-je être utile ?

Notre société a besoin d’offrir des alternatives crédibles de prise en charge de la désespérance de cette jeunesse en difficulté dans sa quête de sens, de sa raison d’être.

Notre fils, notre frère, notre ami, Marc-Hervé Dédji GNACADJA, « MH », nous a quittés le 17 Février 2016. Il nous a laissé en héritage une très grande empathie pour les jeunes de son âge, avec lesquels il aimait partager tout : ses repas, sa chambre, son argent de poche, sa bonne humeur, sa foi dans les moments difficiles. Ses amis l’avaient surnommé « Master Happiness », « MH »

Il se voulait à la fois apporteur de solutions, facilitateur, et incubateur pour les jeunes autour de lui qui étaient à la recherche de leur véritable raison d’être.

Il était très attaché à son pays le Bénin dont il aimait dire à ses amis que c’est là-bas que se jouait l’avenir. Il avait en projet de créer un incubateur au Bénin.

De nombreux témoignages nous ont rapporté les actions initiées par MH dans son entourage pour soutenir, encourager, réconcilier avec les autres et avec eux-mêmes des jeunes en difficulté, en marge de la société, en rupture avec leurs familles, certains de son âge, d’autres plus jeunes, pour qui il était devenu « le grand-frère ». Il avait 22 ans.

Dans la transcendance de ce qu’il est devenu, il reste vivant, par tant de choses qu’il a dites, et qu’il a faites, lesquelles font désormais et à jamais partie de nos vies.

Mais nous voulons qu’au-delà de nos vies, cet héritage puisse être transmis de façon perpétuelle à des générations successives de jeunes, ici au Bénin, où il voulait agir ainsi pour transformer la vie de jeunes en difficulté, en partageant ce qu’il avait reçu, en donnant surtout un peu de son temps.

C’est pourquoi nous, parents, amis de MH, membres fondateurs de l’ONG MH CENTER, nous engageons par les présents statuts à poursuivre et à traduire en actes concrets l’idéal dont était habité MH, pour accompagner des jeunes en difficulté dans leur volonté de développement personnel.

 

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart